21 Avril

Voyager sans quitter Paris : notre sélection de restaurants incontournables

 

En cuisine comme dans la vie, le repli sur soi pousse à l’ennui. Paris s’ouvrant plus que jamais aux cuisines du monde, visites imposées dans les nouvelles adresses où voyager : Mexique, Grèce, Liban et Brésil. 

Par Alexis Chenu

1 Isla Calaca

 

Bien moins folklore que ses confrères, Isla Calaca s’invite dans le 9ème, côté Faubourg Poissonnière, proposant la cuisine mexicaine réarrangée par deux chefs du pays, Daniel Ovadia et Salvador Orozco. L’idée d’Anne-Victoire Magescas, ex-directrice du Georges et son frère Xavier-Manuel, passé lui par l’Office, le 52 et le Richer, glamourisant le Mexique dans un décor de bistrot moderne avec tables laitonisées partout, banquettes à baguettes pour l’allure western, et touches d’art et jolies lumières. Pour débuter, Margarita oblige, bien serrée, sélection de vraies bières mexicaines – conseillée la Negra Modelo, une brune subtile. La suite fait cuisine familiale et fait varier les spécialités – tacos, tortillas, enchiladas – bien répétés, à quelques mix franco-mexicains parfois déroutants : foie gras couché sur guacamole, joue de bœuf et sa sauce Chile morita... Le service en casquette, tatoué ou pas, fait l’ambiance relaxée, le Mezcal en fin de repas pour enchaîner la nuit.

 

1, rue Ambroise Thomas, 9e. 01 45 80 03 28.  

2 Little Mana

 

Avec une chef d’origine franco-américaine voyageant entre l’Italie, la Grèce et le Liban, Little Mana veut faire marier les saveurs du moment : Méditerranée et Orient. Autour de Nadia Sarra, des produits importés de ses voyages, de l’huile d’olive de Crête, des épices et l’eau de fleur d’oranger ramenés du souk arménien de Beyrouth, la meilleure boutargue et le miel de Grèce….pour pimenter une cuisine de saison. Outre les mezzés (goûter le labneh revu à l’huile de menthe et concombre) on se régale ici du chou-fleur rôti au sumac, du bar de ligne en croûte, pilaf aux amandes grillées et autres calamars du Pays Basque. Entre le comptoir en lambris blanc, le bleu du ciel et ses bois clairs, le restaurant et ses photographies de villes, de Beyrouth, Paris et d’ailleurs font déconnecter. Vins nature en nombre pour accompagner.

 

72, rue du faubourg Poissonnière. 01 42 46 30 53.

Crédit : Meloni de Giaime

3 Etsi

 

Etsi, ou « comme ça » en grec. Un titre choisi par la chef Mikaela Liaroutsos, jeune franco-grecque formée chez Cyril Lignac et Michel Rostang, et décidée à faire fusionner les meilleurs produits des Cyclades à la cuisine française. Dans son restaurant voisin du Cimetière Montmartre, taverne sophistiquée au bleu de Mykonos, la chef performe en solo dans une cuisine d’à peine 10 m², reformule les textures, modernise les accords pour proposer une carte de mezzés gourmands – goûter aux Spanakopita (feuilleté aux épinards et féta) et au poulpe -, et une série de plats mariant bien les cultures. Meilleurs exemples avec le chou-fleur et céleris rôtis au four, accompagnés de grenades et pistaches ou l’œuf croustillant au yaourt grec, maquereau et fenouil rôti. Ne pas faire l’impasse sur les frites-féta, addiction de la maison, et passer sur les desserts, trop sucrés.

 

23-25 rue Eugène Carrière, Paris 18e. 01 71 50 00 80. 

Crédit : Julie Limont

4 Maloka Fogo & Brasa

 

Révélé dans son micro-restaurant de la rue de la Tour d’Auvergne (9ème), le chef brésilien Raphael Rego répliquait dans le 7ème avec Maloka Fogo & Brasa, les décors gaufrés noirs, chaises en cuir surpiqué et luminaires bambou sortant du folklore brésilien ringard. Pour sa seconde adresse, superbe florilège d’amuse-bouches pour se lancer, les croustillants de tapioca, baies d’açai et parmesan, les saucisses braisées et noix de cajou collant parfaitement aux rythmes sonores de la maison, The Girl from Ipanema en boucle. Parti-pris revendiqué, la cuisine est réalisée quasi intégralement au barbecue – et sans odeur merci – sublimant volailles, bœufs ou cochon de lait sur fond de patates douces et gingembre. La tarte en dessert à partager au couteau - compotée de rhubarbe, de crème noisette et bigaradier, parfumée de citron vert, de fraises des bois, notes de dulce et de sorbet d’açai – est un pur moment de délice.

 

1 bis, rue Augereau, 7e. 01 42 73 48 54. 

NuméroNews