05 Février

L’objet du jour : la bague à secret Dior à Versailles

 

Après deux premières collections de joaillerie placées sous le signe de Versailles, Victoire de Castellane décline des pièces de joaillerie à secret, rappelant les boudoirs et autres passages dérobés du célèbre château. 

Par La rédaction

1/4
  • En 2016 et 2017, Victoire de Castellane présentait deux collections de joaillerie inspirées par le faste et le luxe du château de Versailles, qui a largement inspiré Monsieur Dior pour ses collections de haute couture. Tandis que la première rendait hommage à la vie nocturne de la demeure de Louis XIV, la seconde s'inspirait des jardins dessinés par André Le Nôtre. 

    Pour cette nouvelle collection, la directrice artistique imagine des pièces de joaillerie à secret, rappelant les boudoirs et autres pièces dérobées, qui furent le théâtre d'intrigues romanesques et historiques.

     

    Véritables prouesses techniques, les pièces de joaillerie à secret dissimulent au regard, grâce à des mécaniques compliquées, des pierres précieuses ou semi-précieuses. À coulisse, à pivot ou à tiroir, les pièces extérieures renferment des vanités sculptées ou des diamants solitaires. "J’ai voulu des pierres de clair-obscur, des roses passés, des rouges plus pourpres, des pierres de lune irisées, des bleu ciel plus denses, explique la directrice artistique. Les couleurs elles-mêmes semblent un peu mystérieuses, comme des soieries."

  • En 2016 et 2017, Victoire de Castellane présentait deux collections de joaillerie inspirées par le faste et le luxe du château de Versailles, qui a largement inspiré Monsieur Dior pour ses collections de haute couture. Tandis que la première rendait hommage à la vie nocturne de la demeure de Louis XIV, la seconde s'inspirait des jardins dessinés par André Le Nôtre. 

    Pour cette nouvelle collection, la directrice artistique imagine des pièces de joaillerie à secret, rappelant les boudoirs et autres pièces dérobées, qui furent le théâtre d'intrigues romanesques et historiques.

     

    Véritables prouesses techniques, les pièces de joaillerie à secret dissimulent au regard, grâce à des mécaniques compliquées, des pierres précieuses ou semi-précieuses. À coulisse, à pivot ou à tiroir, les pièces extérieures renferment des vanités sculptées ou des diamants solitaires. "J’ai voulu des pierres de clair-obscur, des roses passés, des rouges plus pourpres, des pierres de lune irisées, des bleu ciel plus denses, explique la directrice artistique. Les couleurs elles-mêmes semblent un peu mystérieuses, comme des soieries."

  • En 2016 et 2017, Victoire de Castellane présentait deux collections de joaillerie inspirées par le faste et le luxe du château de Versailles, qui a largement inspiré Monsieur Dior pour ses collections de haute couture. Tandis que la première rendait hommage à la vie nocturne de la demeure de Louis XIV, la seconde s'inspirait des jardins dessinés par André Le Nôtre. 

    Pour cette nouvelle collection, la directrice artistique imagine des pièces de joaillerie à secret, rappelant les boudoirs et autres pièces dérobées, qui furent le théâtre d'intrigues romanesques et historiques.

     

    Véritables prouesses techniques, les pièces de joaillerie à secret dissimulent au regard, grâce à des mécaniques compliquées, des pierres précieuses ou semi-précieuses. À coulisse, à pivot ou à tiroir, les pièces extérieures renferment des vanités sculptées ou des diamants solitaires. "J’ai voulu des pierres de clair-obscur, des roses passés, des rouges plus pourpres, des pierres de lune irisées, des bleu ciel plus denses, explique la directrice artistique. Les couleurs elles-mêmes semblent un peu mystérieuses, comme des soieries."

  • En 2016 et 2017, Victoire de Castellane présentait deux collections de joaillerie inspirées par le faste et le luxe du château de Versailles, qui a largement inspiré Monsieur Dior pour ses collections de haute couture. Tandis que la première rendait hommage à la vie nocturne de la demeure de Louis XIV, la seconde s'inspirait des jardins dessinés par André Le Nôtre. 

    Pour cette nouvelle collection, la directrice artistique imagine des pièces de joaillerie à secret, rappelant les boudoirs et autres pièces dérobées, qui furent le théâtre d'intrigues romanesques et historiques.

     

    Véritables prouesses techniques, les pièces de joaillerie à secret dissimulent au regard, grâce à des mécaniques compliquées, des pierres précieuses ou semi-précieuses. À coulisse, à pivot ou à tiroir, les pièces extérieures renferment des vanités sculptées ou des diamants solitaires. "J’ai voulu des pierres de clair-obscur, des roses passés, des rouges plus pourpres, des pierres de lune irisées, des bleu ciel plus denses, explique la directrice artistique. Les couleurs elles-mêmes semblent un peu mystérieuses, comme des soieries."

NuméroNews