Pour sa nouvelle collection de haute joaillerie, la maison Chanel présente cinquante-neuf pièces dont vingt-quatre créations uniques inspirées par les paravents de Coromandel, cet art chinois collectioné par Gabrielle Chanel. Car la couturière française en aurait possédé une trentaine dans son appartement de la rue Cambon, dans le premier arrondissement parisien, utilisant ces panneaux somptueux comme des parois mobiles, cachant les portes, modifiant l’interieur de sa demeure à sa guise. Et s’il s’agit d’un art chinois, ces paravents portent en fait le nom d’une côte du sud-ouest de l’Inde, baignée par le golfe du Bengale. En effet, au XVIIe siècle, les objets transitaient de la Chine vers l’Europe par voie maritime et Coromandel était l’un des centres nevralgiques de ce commerce.

 

Le vert des grenats tsavorites, le rouge du spinelle, la laque noire transposée en onyx… Si la Maison Chanel reprend la structure géométrique des paravents de Coromandel, elle explore également trois thèmes différents pour sa nouvelle collection : la faune dans lequel les oiseaux sont fortement représentés, la flore avec une attention toute particulière pour le camélia et les minéraux avec des pièces ornées de gemmes fantastiques. Ainsi, de sa bague “Vibration minérale” à son plastron “Horizon Lointain”, Chanel rend hommage à l’intimité de sa fondatrice et démontre toute l’ampleur de son raffinement.