08 Septembre

Qui est Bill Skarsgård, nouveau visage de l’épouvante ?

 

Nouveau visage du clown diabolique de Stephen King, retour sur l'ascension de Bill Skarsgård, des séries au cinéma.

Par Alexis Thibault

Le cinéma : une affaire de famille

 

Cadet de la famille suédoise Skarsgård, Bill avait un avenir cinématographique tout tracé. Apparu dans Millenium ou Melancholia, Stellan, son père, avait déjà mené deux fils, Gustaf et Alexander, sur la voie du 7e art. Le premier incarne Floki, le Viking de la série homonyme, le second le vampire Eric Northman dans True Blood. Après des petits rôles à la télévision suédoise, Bill, quant à lui, s’illustre au cinéma dans Simple Simon d’Andreas Ohman en 2010. Il y incarne un jeune homme souffrant du syndrome d’Asperger. Le long-métrage est une réussite mais ne représente finalement pas la Suède aux Oscars. Un an plus tard, il donnera la réplique à sa compatriote scandinave Alicia Vikander dans Kronjuvelerna puis s’évadera outre-Atlantique pour le rôle du capitaine Makhotin dans Anna Karenine de Joe Whright, nouvelle adaptation du roman de Tolstoï. Hollywood lui tend les bras, Divergente 3 sera son premier blockbuster.

 

Un héros du petit écran

 

Si le cinéma l'a propulsé, c’est grâce au petit écran que Bill Skarsgård s'est révélé au grand public. Après Lillyhammer (2012) et House of Cards (2013), la série d’épouvante Hemlock Grove est le troisième projet original de la plate-forme Netflix. Eli Roth, producteur de la série et amateur d’hémoglobine la décrit d’ailleurs comme un “Twin Peaks pris dans un tour monstrueux”. Le jeune acteur de 27 ans y incarne Roman Godfrey, héritier millionnaire à la tête de l’aciérie de Hemlock Grove en Pennsylvanie. Entre vampires, loups-garous et laborantins machiavéliques, le regard glacé et le charme effrayant de Bill Skarsgård se sont imposés pendant trois saisons.

De Charlize Theron à Stephen King

 

Récemment, c’est aux côtés de la sulfureuse Charlize Théron que le comédien s’est illustré, contact berlinois de la blonde atomique dans l’adaptation du roman graphique d’Anthony Johnston et Sam Hart : “The Coldest City”. Mais l’atmosphère pop d’Atomic Blonde n’est pas l’élément qui transformera définitivement sa carrière d’acteur. La plupart des spectateurs ne le reconnaitront pas, c’est grimé en clown luciférien que Bill Skarsgård compte marquer les esprits. Cet automne, il reprend le rôle de Pennywise tenu jusqu’alors par Tim Curry en 1990 dans la célèbre adaptation du roman fantastique de Stephen King Ça. À la suite d’un casting sans fin, il obtient le rôle in extremis à la place de Will Poulter (Le Labyrinthe, The Revenant) et incarne donc le cauchemar des coulrophobes sous l’œil avisé du réalisateur Andrès Muschietti. "Des acteurs nous ont fait du Tim Curry, nous avons même eu des femmes postulant pour le rôle ! Mais quand on a eu Bill en face de nous, nous avons été immédiatement conquis", confie Barbara Muschietti productrice du film. Le géant Bill Skarsgård (1,92m) attirera donc les enfants de la ville de Derry dans un piège coloré par des ballons de baudruche.

 

Ça, en salle le 20 septembre

 

Ça - Andrés Muschietti

NuméroNews