31 Mai

Qui est la nouvelle ambassadrice artistique de La Prairie ?

 

La make-up artist anglaise Georgina Graham devient le porte-parole du nouveau fond de teint de la marque suisse. Rencontre.

par Megan Podwysocki

  • Numéro : Vous avez fait des études d'histoire de l'art et d'architecture, pratiqué le dessin, la peinture et la sculpture... comment êtes-vous devenue make-up artist? 

     

    Georgina Graham : Pour être honnête, cela s’est fait par accident. J’aimais beaucoup sortir lorsque j’étais à l’université dans les années 2000, j’adorais le créateur Helmut Lang et dépensais tout mon argent dans ses vêtements. J’ai toujours été passionnée par la mode. Je suis tombée par hasard à cette époque sur une annonce qui proposait un poste de vendeur-maquilleur dans un grand magasin. Quand je me suis présentée pour l’entretien, j’ai dû maquiller une personne que je ne connaissais pas, ce qui était une expérience aussi excitante qu’effrayante. Il était intimidant de maquiller pour la première fois une inconnue, mais une partie de moi était rassurée par le fait que je savais tout faire avec un pinceau. Je peins énormément depuis toujours, je dessine, et donc maquiller a toujours été un geste naturel pour moi. J’ai obtenu le poste. Quelque temps après j’ai été invitée à un défilé Alexander McQueen et, j'ai pu en backstage observer Val Garland maquiller. Je me suis dit  immédiatement “que fait cette femme, qui est-elle et comment puis-je faire ce métier ?”. J’ai ensuite rencontré une photographe avec laquelle j’ai sympathisé et qui m’a proposé de faire un shoot avec elle. Au final, nous avons réalisé deux photos qui ont été publiées dans le magazine “The Face”. Tout a débuté comme cela. Je peins et je réalise des sculptures à grande échelle lorsque j’en ai l’occasion, c’est très important pour moi. C’est aussi pour cette raison que La Prairie s’est tournée vers moi pour cette collaboration, car la marque est très investie dans le monde de l’Art.

     

    Vous êtes connue pour travailler avec une multitude de couleurs et de textures. Comment définiriez-vous votre signature esthétique ?

     

    C’est très difficile à dire parce que je n’ai pas de préférence, j’aime tout. Je suis quelqu’un de très “tout ou rien” et donc si je décide de réaliser un maquillage coloré, ce sera avec les pigments les plus vibrants. En revanche, si je travaille sur un look plus naturel, je ferai la plus "belle peau" possible. Faire un look no make-up est en réalité plus difficile que de travailler avec de la couleur et cela demande presque autant de produits. J’aime aussi travailler de manière spontanée, j’évolue avec ce que je vois. Je suis très intuitive, je fais ce qui me semble être juste.  

     

    Qu’en est-il de votre processus créatif, où puisez-vous votre inspiration ?

     

    Je puise mon inspiration partout. Je suis une grande cinéphile, j’aime tout de la science fiction aux petits films européens sous-titrés incompréhensibles. Plus ils sortent de l’ordinaire, mieux c’est. J’aime être subjuguée visuellement. “Blade Runner” est un classique, mais j’aime aussi énormément les films d’art de Steve McQueen ou le travail de l'artiste américain Tony Oursler, qui est un ami et collègue avec lequel j’ai travaillé sur des projets déments à New York. J’aime l’inattendu et le mélange de genres et de médias.

     

    La Prairie lance un nouveau fluide de teint luxueux, à la fois soin et make-up, avec en plus un SPF 25. En quoi se différencie-t-il des fonds de teint traditionnels selon vous ?

     

    Ce produit a été conçu pour sublimer la peau alors que la plupart des fonds de teint sur le marché sont utilisés pour la masquer. Ce fluide ne cherche pas à changer la carnation mais plutôt à la rendre aussi belle que possible, de façon naturelle. Il offre une couvrance légère et un fini satiné, ni trop mat, ni trop lumineux. J’apprécie aussi ce produit parce qu’il est rapide et facile à utiliser, en toutes situations. Il est également possible de se maquiller avec ses produits habituels et de garder ce compact dans son sac pour retoucher son maquillage durant la journée. Tous les types de peaux et tous les âges peuvent l’utiliser, il convient même aux hommes qui ont habituellement horreur du maquillage.

     

    Ce fond de teint ultra lumineux s'inscrit dans une tendance qui ne cesse de s'imposer. Quels conseils donneriez-vous aux femmes de tous les jours, qui ont peu de temps à consacrer à leur routine beauté, pour réaliser ce type de maquillage de façon naturelle ?

     

    Je pense que tout le monde aime avoir un teint lumineux ce qui est flatteur, de jour comme de nuit. De plus, le maquillage est facile à intensifier par petites touches avant de sortir le soir. L'étape clé consiste à trouver sa teinte parfaite (NDLR : tester sur la partie intérieure du bras au dessus de la paume). Je préfère appliquer une couche de produit très fine afin de toujours apercevoir le grain de peau à travers le fond de teint. Je n’aime pas mettre de la luminosité partout, je pense que le front ou le nez devraient toujours être mats ! Il y a un sérum de la gamme Caviar de La Prairie que j’aime utiliser comme enlumineur, par dessus ce nouveau fluide de teint, sur les pommettes, l’arc de Cupidon et l’arrête du nez. Il est légèrement irisé et apporte de très jolies touches de lumière à la carnation, en plus de la soigner. Pour ceux qui ne veulent pas utiliser des soins de cette manière, il y a énormément d’enlumineurs disponibles en ce moment. Personnellement, je préfère les fards crème, mais il existe d’excellentes poudres également. Les formulations sont tellement poussées maintenant qu’il est difficile de se tromper.

     

    “Skin Caviar Essence de Teint”, LA PRAIRIE. 173 euros, les 30 ml. 

     

NuméroNews